Archives mensuelles : janvier 2012

Le dessin d’un arbre

Dessin d’un arbre.

L’année des forêts 2011 est terminée, mais Yann Arthus-Bertrand nous a laissé un film formidable sur les arbres à voir et à revoir! La vidéo Youtube est à la fin de l’article!

 Technique: feutres noirs. Support: papier.          Après avoir étudié dans le dernier article, l’art du  pinceau à la chinoise, voici une alternative moderne qui permet  une grande diversité de graphismes. Le dessin d’un arbre aux feutres!

     Très pratiques en voyage et pour les croquis, les feutres noirs ou de couleurs, donnent de très bons dessins qui vont à l’essentiel.Il en existe à présent une grande variété  avec plusieurs sortes de pointes.  Feutres aquarelles également! Comme pour les pinceaux, il est utile d’avoir un fin, un moyen et un gros. Quand aux pointes dures ou flexibles, c’est à vous de les expérimenter et de choisir ce qui vous convient le mieux.

Le thème de l’arbre!          A cette époque hivernale, la charpente de l’arbre est facile à voir et c’est cela qui va nous permettre de l’étudier. Si vous vous promenez dans la campagne, les modèles ne manquent pas. Posez votre regard et croquez quelques arbres sur un carnet de voyage par exemple!

   Remarquez comment s’élève le tronc, y a t il des racines apparentes, d’où démarrent les branches? Comment se terminent elles?

Une fois rentré à la maison, je vous propose un autre exercice sans modèle à présent:

Sur une feuille , posez votre pointe de feutre noir et, sans soulever une seule fois la pointe du papier, construisez un arbre imaginaire, laissez vous aller, laisser courir la pointe sans réfléchir et attendez de voir le résultat sans jugement…Une très bonne façon de devenir plus créatif et plus décontracté!

Voici un extrait de conversation entre Picasso et Matisse:Picasso: Il faut chercher quelque chose qui se développe tout seul, quelque chose de naturel, de pas fabriqué, que ça se déploie comme c’est, en forme de naturel et pas en forme d’art. L’herbe comme l’herbe, l’arbre comme l’arbre, et le nu comme le nu.

Les citations sont extraites d’Henri Matisse, Ecrits et propos sur l’art,

Matisse : Je vous ai montré, n’est-ce pas, ces dessins que je fais, ces temps-ci, pour apprendre à représenter un arbre, les arbres ? Comme si je n’avais jamais vu, dessiné d’arbre… Je ne me débarrasserais pas de mon émotion en copiant l’arbre avec exactitude, ou en dessinant les feuilles une à une dans le langage courant… Mais après m’être identifié à lui. Il me faut créer un objet qui ressemble à l’arbre. Le signe de l’arbre. (Picasso approuve de la tête.) Et pas le signe de l’arbre tel qu’il a existé chez d’autres artistes… Les autres ont inventé leur signe… Le reprendre, c’est reprendre une chose morte.
Picasso : Il ne faut pas imiter la vie, il faut travailler comme elle. Sentir pousser ses branches. Ses branches à soi, sûr ! Pas à elle !… La peinture n’est pas une question de sensibilité ; il faut usurper le pouvoir ; on doit prendre la place de la nature et ne pas dépendre des informations qu’elle vous offre. (Un silence.)
C’est pour cela que j’aime Matisse. Entre lui et moi il y a notre œuvre commune pour la peinture : quoiqu’on veuille, ça nous lie.
M. (souriant) : Si tout le monde faisait son métier comme Picasso et moi faisons le nôtre…
Les citations sont extraites d’Henri Matisse, Ecrits et propos sur l’art, Herman, 1972, et de Pablo Picasso, Propos sur l’art, Gallimard, 1998.

Picasso faisait souvent cet exercice du trait ininterrompu.

Il disait: Si l’on sait exactement ce qu’on va faire, à quoi bon le faire?

 

Et comme promis voici la vidéo Des forêts et des hommes!
Bonne semaine à tous et à vos feutres!

L’art du pinceau suite.

L’art du pinceau: la suite!

Après le premier principe  de base du 14ième siècle proposé par Hsieh Ho, voici les suivants:

2:Des formes et des structures naturelles, et des techniques à utiliser.

Le propos de ce blog n’est pas de vous apprendre à vous exprimer comme les Chinois ni de vous faire un cours de calligraphie. Le mot éveil  est là pour rappeler qu’il est très intéressant de connaitre les différentes sensibilités et de pouvoir choisir vers quel type d’expression vous désirer vous engager…

En calligraphie, les pinceaux sont particuliers et fabriqués en Chine.Il y en a des raides, en poil de loup ou de léopard, avec trois longueurs différentes: long, moyen, court et servent à tracer des contours, les traits fins, et les points.Des souples, en mouton ou en chèvre qu’on utilise pour peindre les grosses branches, pour les grandes surfaces. Les manches sont toujours en bambou!
Matériel nécessaire à la peinture chinoise. cliquez sur ce lien qui illustrera le matériel

3: De la manière de décrire un sujet selon sa nature et d’appliquer le pinceau et l’encre.

Traditionnellement, les débutants s’entrainent à peindre des bambous., car la plupart des tracés de base sont utilisés.Le tiges sont peintes par sections depuis le bas du papier jusqu’en haut.

Les tiges: Posez le pinceau, glissez-le vers le haut, avec une légère pression en fin de tracé mais  je vous propose de regarder cette vidéo!

Les noeuds: Avec une encre très sombre, d’un seul trait de pinceau.Il est nécessaire de s’entrainer.Notez la ligne incurvée !

Les branches: En tenant le pinceau verticalement, les ajouter avec un angle de 30 ° à partir des noeuds.

Les feuilles: elles sont faites d’une seule touche rapide! et peuvent se chevaucher.

4 De la couleur et de son utilisation.

Un choix de quelques couleurs dont une ou deux couleurs dominent est essentiel à l’harmonie. L’ajout de couleur rend la peinture plus vivante.

Le prunier chinois:

étant données les caractéristiques particulières de la Meihua, cette fleur inspire les écrivains, les poètes, et les peintres. Ils la décrivent et la dessinent et au fil du temps lui confèrent des significations symboliques :

    1. Les cinq pétales de la Meihua si bien réunis autour de son cœur symbolisent l’union entre les gens comme un seul corps.
    2. Le retour de la floraison de la Meihua chaque année indéfiniment symbolise la continuité et la longueur de vie de l’homme.
    3. La Meihua, qui fleurit à la fin de l’hiver, dans le grand froid et la neige abondante, symbolise la vaillance, le courage, en dépit des difficultés.
    4. La Meihua symbolise la modestie. En effet elle fleurit et donne à voir sa beauté pendant que les autres fleurs se préparent, puis elle laisse la place dès que celles-ci apparaissent. Son travail est alors achevé.

5. De la composition et du choix des sujets.

Comme dans toute peinture, la composition influence l’harmonie générale. L’espace vide du haut doit être plus important que celui du bas afin de symboliser le céleste et le terrestre. La simplicité est de mise et l’espace vide est extrêmement important dans la peinture chinoise. Les sujets sont variés, inspirés de la nature et des associations se créent comme les oiseaux et les fleurs, les fleurs et les papillons, les rochers et les cours d’eau.

6: De l’étude des peintures classiques et de l’art de copier les oeuvres d’un maitre.

La copie des oeuvres de maitres est fortement encouragée afin de  les comprendre et d’expérimenter la façon dont elles ont été réalisées. Lorsque vous aurez atteint un niveau satisfaisant, vous pourrez combiner différents détails…

Bonne découverte!

 

L’art du pinceau

L’art du pinceau:

En Chine, apprendre l’art du pinceau se fait de maitre à élève et l’étudiant est très respectueux des traditions. En Occident, on a l’impression que respecter des principes empêche la création artistique!

Il est évident que si vous avez du mal a utilisé un outil, il est très difficile d’être libre de s’exprimer: avant d’écrire sa pensée, il a fallu apprendre à manier le crayon et les mots pour pouvoir composer des phrases correctes ayant du sens!

En dessin et peinture, c’est la même chose, si vous ne pouvez pas vous servir d’un crayon ou d’un pinceau ,comment faire passer votre pensée sur le support?

Ensuite, il faudra apprendre à utiliser les couleurs, à composer dans un espace…

Pour en revenir à la Chine, les apprentis découvrent six principes de bases qu’ils étudient jusqu’à ce qu’ils soient prêts pour l’expression personnelle.Et voici le premier:

De l’esprit de la peinture et du rythme de la vie.

Chaque coup de pinceau reflète l’âme de l’artiste,traduit son énergie vitale. Une peinture décrit la forme du modèle, décrit la réalité apparente mais exprime également sa force intérieure.

Commencer par observer attentivement le sujet afin de rendre dès le premier trait de pinceau l’énergie qui s’en dégage.

 

Et pour cela je suggère de bien commencer cette année, en travaillant le coup de pinceau!

 

Allez couper des petites branches d’arbres ou d’arbustes dans la nature  et revenu à la maison, installez les sur une feuille blanche afin de bien les observer.

Le matériel:

  1. pinceau
  2. Aquarelle(sépia)
  3. feuille de dessin A4
  4. règle et crayon
  5. deux récipients d’eau
  6. une palette

 

 

 

  • Dessiner quelques portées avec le crayon et la règle afin de bien s’entrainer.
  • Ensuite, poser une feuille entre les lignes, bien regarder et d’un trait pointe- appui- pointe respecter au mieux le modèle.
  • Poser un fruit , bien regarder et d’un coup de pinceau dessiner le fruit.
  • Faire plusieurs lignes
  • En dessous vous pouvez faire un brin d’olivier par exemple après l’avoir bien regardé!

Voilà le premier exercice qui vous apportera une plus grande dextérité avec le pinceau et un autre regard! Cette fois , l’aquarelle sépia a été choisie, mais vous pouvez le faire avec de l’encre de Chine. Nettoyez bien votre pinceau après! Des valeurs différentes  sont obtenues et c’est très bien ainsi! Un moment d’attention qui apporte une certaine détente! regardez ci dessous un travail d’un enfant.

Comment écrire un article de blog de pratique artistique

Comment écrire un article de blog de pratique artistique

Dernier jour dans la classe

En janvier 2011, je ne savais pas ce qu’était un blog! et je me suis lancée dans une formation de création de blog d’Olivier Roland que j’ai découvert grâce à Christian Godefroid du club positif.Cet article participe à l’événement Comment écrire un article de blog efficace, à l’initiative de Cédric Vimeux du blog Virtuose Marketing.Et si vous voulez votez pour cet article, cliquez sur ce lien et l’article est n° 13.

 

gouache sur carton

L’atelier du musée dans lequel je travaillais a été fermé et le job d’assistante d’éducation de l’ école s’est arrêté impérativement au bout de six ans! Il fallait que je reste positive et je ne voulais pas gâcher l’expérience que j’avais acquise. Je pensais que ce serait pas mal de mettre tout cela en ligne afin de la partager avec le plus grand nombre…

Une nouvelle année commence et le blog éveil art et nature  n’a pas encore un grand nombre de lecteurs mais je ne désespère pas d’améliorer cet aspect car ce qui m’importe le plus, c’est d’apporter les meilleurs conseils pratiques et les plus efficaces pour inciter le lecteur à devenir un  créateur!

Car avoir des connaissances, c’est bien,mais faire l’expérience est la seule manière de les intégrer, et de prendre du plaisir en créant!

La pratique artistique permet tout simplement de se retrouver, de se connecter à qui je suis vraiment et de passer du temps tranquillement pour soi!

Ma méthode  pour écrire ces articles est la suivante:

    1. Décider d’un thème et d’une technique car contrairement à ce que l’on croit, il faut se mettre un cadre afin de booster sa créativité!
    2. Rechercher de la documentation ayant trait au thème, et ensuite faire l’exercice proposé en me filmant ou en prenant des photos  étapes par étapes.

      monotype

    3. Traiter mes photos avec Photoshop afin qu’elle ne soient pas trop lourdes et  les recadrer et /ou enregistrer la vidéo sur Youtube.
    4. Lister les outils et matériaux prévus
    5. Mettre en mots la façon dont j’ai pratiqué afin de mettre en garde contre les erreurs ou les pièges éventuels.
    6. Illustrer le tout avec les images que je charge à partir de mon dossier. Parfois j’y inclus une vidéo de Youtube qui touche de près au thème choisi…et ensuite

Ensuite, à vous… de vous y mettre!

peinture à l'oeuf encadrée

Le résultat n’est pas le plus important mais si de temps en temps, il est satisfaisant ou étonnant, il faut bien le mettre en valeur afin de prendre  la mesure de ses progrès car c’est en se valorisant qu’on se permet de faire des créations de valeur.

Pour parvenir à développer sa personnalité, l’habileté de l’artiste doit atteindre un niveau suffisant afin qu’il soit prêt et que son pinceau devienne un instrument docile à travers lequel le peintre peut exprimer ses sentiments profonds d’une manière personnelle!

Depuis septembre, j’enseigne les arts plastiques dans un collège et les plus gros problèmes des élèves, sont la présence, l’attention et l’idée qu’ils sont incapables de faire ce qu’il leur est demandé: cette semaine, ils devaient faire des exercices de style  chinois , je leur ai raconter l’histoire de l’empereur(cliquez sur le lien pour la lire) sur un simple  papier et pour la première fois, le silence s’est installé: un instant de magie et les résultats étaient bons!

Peinture à l'oeuf faite par une maman

Autre bon retour, des mamans et leurs enfants ont assisté à un mini-stage de peinture de quatre heures, avec les conseils que je donne sur ce blog et la fierté et la joie d’avoir réussi faisaient plaisir à voir!

aquarelle faite par une enfant

Alors il me semble que si une personne est intéressée par la pratique artistique, et si elle suit pas à pas les conseils, avec attention et bonne volonté, elle peut parfaitement faire des progrès étonnants par l’expérience des petits exercices proposés dans cet espace ouvert à tous! Bonne pratique pour l’an nouveau!

Caséine sur carton

Si vous désirez commencer, visitez le début du blog car les exercices sont progressifs…à bientôt: Nicole